La navigation est optimisée pour le mode portrait.
Ambition Bleue

« Ambition Bleue » est le fruit d’un long bilan de santé du haut niveau français, une séquence d’évaluation complète de tous les dispositifs concourant à agir sur les leviers de la performance. Le système sportif français actuel date des années 60 et a été revisité épisodiquement sans transformation profonde. Ce système a montré ses limites lors des deux dernières décennies. L’objectif d’Ambition Bleue est de propulser la France dans le top 5 des nations à Paris 2024, soit 5 médailles d’or en plus.

Novateur à sa création dans les années 60, le modèle du sport français, parfois revisité mais jamais réellement réformé, a montré ses limites lors des deux dernières décennies. Stagnation des résultats aux Jeux olympiques, recul aux Jeux paralympiques, la France est aujourd’hui dépassée par une concurrence étrangère qui a su innover et évoluer.

L’Agence nationale du Sport a été créée afin d’améliorer le modèle existant. A travers son Pôle Haute performance, elle s’est attachée à remettre le sport français sur les rails de la réussite. Elle a l’ambition de passer d’un service normé à un service expertisé. Anticiper, concerter, partager les tâches à accomplir pour améliorer le rang de la France, voilà le sens que le pôle Haute performance souhaite donner à son action en lien avec tous.

Claude Onesta Manager de la Haute performance ont fait naître le projet Ambition Bleue, le fruit d’un long bilan de santé du haut niveau français, une séquence d’évaluation complète de tous les dispositifs concourant à agir sur les leviers de la performance.

Ambition Bleue

En octobre 2020, l’Agence présentait Ambition Bleue, modèle actuel du sport de haut niveau français, dans ses grands principes. Six mois après, la mise en œuvre se concrétise.
Maguy Nestoret-Ontanon, conseillère au sein de la cellule socio-professionnelle de l’Agence nationale du Sport, revient sur les 3 axes qui définissent le nouveau modèle autour de l’accompagnement des athlètes.

- Un nouveau modèle autour de 3 axes-
« L’Agence a souhaité aller plus loin à travers la mise en place d’un nouveau modèle.
L’accompagnement des sportifs de haut niveau s’articule aujourd’hui autour de 3 axes principaux : un double soutien financier à travers les aides personnalisées mais aussi les dispositifs d’insertion professionnelle et d’accompagnement, et la prise en charge de services financés via le contrat de performance de la fédération »

- Axe 1 : Les aides personnalisées-
« Après l’analyse de l’utilisation des aides personnalisées et la volonté de revoir un modèle datant de 1995, nous avons souhaité recentrer ces aides sur un volet socio-professionnel afin d’aller au plus près et mieux accompagner les sportifs de haut niveau. Ainsi ces aides seront réservées à des athlètes évoluant dans un projet de performance, de formation et dans une situation sociale qui justifie un tel accompagnement. Aujourd’hui, on considère qu’un athlète qui est en dessous du seuil de 40k€ brut par an, tous revenus confondus, est éligible à des aides sociales à travers les AP.
A ce titre, nous veillerons à ce que les athlètes du Cercle HP bénéficient d’un cumul de ressources mensuelles basées sur le seuil de 40 K€ brut annuel. Quant aux athlètes de la délégation française aux JOP de Tokyo qui n’intègrent pas le Cercle HP, ils pourront percevoir une prime de participation. Le montant et les critères d’attribution seront fixés par le Conseil du Cercle HP. »

- Axe 2 : Insertion professionnelle & Accompagnement-
« Les sportifs de haut niveau doivent pouvoir profiter d’un emploi du temps de travail aménagé et pouvoir ainsi s’entrainer librement tout en s’insérant professionnellement.
Depuis plusieurs années il existe un dispositif traditionnel autour de contrats de travail aménagés pour les SHN qui fonctionne très bien (CIP, CAE) mais nous avons voulu ouvrir d’autres possibilités en proposant un nouveau dispositif : les emplois SHN, qui s’adressent aussi bien aux athlètes qu’aux entraineurs, via la création de contrats de travail avec les clubs, et non plus seulement les entreprises. En 2020, 462 athlètes ont bénéficié de conventions d’insertion professionnelle avec des entreprises. On prévoit de mettre en place 200 emplois SHN sur 2021 »

- Axe 3 : Les services financés par le contrat de performance fédéral-
« Alors que les moyens restent identiques pour les fédérations, la modification des critères d’allocation des aides personnalisées a entrainé le transfert d’une partie des AP dans les contrats de performance pour permettre aux fédérations d’accompagner les sportifs autrement que par le biais financier.
Tout ce qui est lié à la pratique sportive des athlètes (achat de matériel sportif, engagement de frais pour sa pratique, frais de pension, indemnités journalières, primes à la performance…) est désormais géré par le contrat de performance.
Notre volonté est de bien dissocier ce qui dépend de la performance, géré par le contrat de performance, de l’aspect social/socio professionnel, géré par les aides personnalisées. »

Accompagnement des athlètes

Dernière mise à jour le 29 mars 2021
Ce site est optimisé pour les navigateurs suivant : Firefox Chrome Safari (Mac) Internet Explorer 9+ (Pc)